Conclusion

Pour conclure, beaucoup de contraintes ont été surmontées lors de la réalisation du cœur artificiel développé par CARMAT.

La société Carmat a permis la miniaturisation et l’optimisation du volume de la prothèse. L’utilisation de matériaux biosynthétiques, brevetés auparavant par le professeur Alain Carpentier permettrait une hémocompatibilité excellente. Les nouvelles techniques mises en place semblent être très performantes, fiables et assurer une très bonne autorégulation. La mobilité du patient devrait être également accrue. Le cœur artificiel de CARMAT  propose donc  de nombreuses alternatives aux disfonctionnements de ses prédécesseurs et surtout représente un grand espoir pour tous les patients en attente de greffe. Chaque année la liste d’attente s’allonge. Le cœur artificiel semble donc être une bonne solution aux manques de greffons de cœur. Mais certaines caractéristiques devraient être améliorées pour rendre le cœur artificiel aussi performant qu’un greffon. Notamment, sa durée de vie n’est que de 5 ans alors qu’un greffon de cœur dure en moyenne une dizaine d’année.

De plus pour lutter contre le manque de greffons de cœur, des biologistes américains ont mis au point une autre technique. Ils ont réussi à cultiver des organes sur des matrices de cœur. Les matrices représentent en réalité l’armature globale du cœur malade du patient. Avec le nouveau cœur, il n’y aurait apparemment aucun problème de compatibilité et de fonctionnement étant donné que le cœur est recréé à partir des cellules souches du patient. Cette méthode représente donc un grand espoir pour l’avenir.

Grâce à ces deux avancées scientifiques et technologiques, le manque de greffons de cœur ne devrait plus être un problème majeur.

 

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×