Historique

Plusieurs générations de cœur artificiels ont été nécessaire afin d’arriver aux performances de celui de CARMAT. La pose d’un cœur artificiel est réservé aux cas les plus graves d’insuffisance cardiaque. Les oreillettes restent en place et des ventricules automatiques sont connectés entre les oreillettes.

 

 

 

 

  • Les cœurs artificiels était à la base des machine permettant la circulation du sang à l’extérieur du corps, la circulation extra corporelle. Son principe consiste à remplacer le cœur et les poumons : cet appareil va faire circuler le sang (c'est la fonction du cœur) et l'oxygéner (ce qui correspond à la fonction des poumons). Ainsi, le cœur et les poumons peuvent parfaitement s'arrêter de fonctionner sans que les organes ne souffrent.

 

 

 

 

  • Les chercheurs et les cardiologues vont alors se pencher d’avantage sur le développement du cœur artificiel qui constituait la seul solution aux manques de greffons cardiaques, il vont développé  la mobilité du cœur artificiel notamment en allégeant son poids, et en développant également la fonction cardiaque du cœur et non la pulmonaire.La première pose de cœur artificiel c’est déroulé en 1969. Le patient a survécu trois jours avec ce cœur qui n’était alors qu’un prototype mais qui constituait sa dernière chance.

 

 

 

 

 

 

 

  • En 1982 a été implanté le premier modèle opérationnel, le Jarvik 7 de cardiowest. Le patient survivra un peu plus de trois mois avec ce cœur fonctionnant avec un compresseur extracorporel de 40 kg.La durée de survie du patient est alors allongée mais doit être évidemment être prolongée. 

 

 

 

 


 

 

  • En 2000, les chercheurs ont mis au point une pompe remplaçant le ventricule gauche entièrement artificiel et autonome. 

 

 

 

 

 

  • En 2001, le premier cœur artificiel complet et entièrement autonome est implanté a un patient souffrant d’insuffisance cardiaque grave. Fabriqué par AbioCor ce cœur est une prothèse en titane et en plastique équipé d’un moteur très silencieux et relié à une pile interne implantée sous la peau rechargée par une batterie externe de la taille d’un baladeur.Ce cœur artificiel autonome et permanent, qui est a ce jour le plus avancée techniquement sur le marché permet certes une mobilité importante et peut représenter un traitement définitif mais il  possède cependant encore certains « défauts ».Ainsi sa durée de vie est limité, pas plus de 18 mois, son hémocompatibilité est faible et il nécessite une assistance et un suivi important.

 

 

 

  • Beaucoup de ces « défauts » devraient être supprimé dans le cœur artificiel développé par CARMAT.L’utilisation de matériaux biosynthétique permettrait une hémocompatibilité excellente. Les nouvelles techniques  misent en place devrait permettre une très bonne autorégulation. La mobilité du patient devrait être également accrue.Le cœur artificiel du Professeur Alain Carpentier  propose donc de nombreuses alternatives aux dysfonctionnements de ses prédécesseurs, cependant sa mise en place a été permit grâce aux évolutions et au développement de ce produit depuis plus de 40 ans. Ce dernier prototype à l'air vraiment prometteur.

 

 

 

 

 

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×