Structure de la prothèse

Après 20 de recherche le Professeur Carpentier et l'entreprise Carmat semblent avoir mis au point le plus performant Coeur artificiel du monde. Toutes les recherches qu'avaient effectué le Professeur sur les valves cardiaques lui ont été trés utiles. Cette prothése apparait pour l'instant comme le meilleur produit du marché. Cependant les premiers essais cliniques sur l'humain vont être réalisé trés prochainement sur des dizaines de patients. Ces essais prévus pour 2011 peuvent être assimilé, d'après les ingénieurs de la société Carmat au premier vol d'un plan. Tout cela pour dire que les séries d'essais déja effectués sont trés probants. Mais comment fonctionne cet innovant coeur artificiel ? Quelles furent les contraintes que les ingénieurs ont du surmonter ? Pourquoi peut-on dire que le coeur artificiel est une solution ? 

 

Anatomie  du cœur artificiel/ mimétisme du cœur

La forme du cœur artificiel de Carmat est la plus proche jamais édifiée du cœur humain. Ainsi sa forme  extérieure est très proche de celle du cœur. De plus, le cœur artificiel est compatible anatomiquement avec plus de 70% des hommes et 30 % des femmes. 

 

 

 

Comme le cœur, le prototype comprend deux ventricules (droits et gauches) et quatre valves.

Les ventricules sont séparés par une membrane. Il n’existe par conséquent aucune possibilité directe de passage de sang entre les 2 ventricules. Dans le cœur, c’est les septums qui jouent ce rôle. 

 

 

La contraction des muscles cardiaques entraine la systole et la diastole du cœur humain. Les pompes hydrauliques ont pour rôle de reproduire ces contractions. De ce fait, les courbes de la contraction cardiaque du cœur artificiel reproduisent exactement celui du cœur d’un patient normal. Le cœur artificiel comporte une cavité de plus que le cœur humain : dans cette cavité circule le liquide hydrolique utilisé par les motopompes.  

 

 

 

 

 

Bien qu’il ne pèse exactement que 0,9kg il est encore lourd par rapport au poids du coeur qui est de 0,3 kg.  

 

Matériaux


Les motopompes sont séparées du sang grâce à une membrane souple, il n’y a par conséquent aucun contact entre elles et le sang  et les cellules sanguines ne sont pas endommagées. Les risques de formations de caillot sanguin sont alors diminués.

Un des enjeux majeurs du projet est l’hémocompatibilité, c'est-à-dire la compatibilité entre la prothèse et les cellules sanguines de l’organisme. 

Pour palier à ce problème d’hémocompatibilité, le cœur artificiel n'est constitué que de matériaux qualifiés de biosynthétiques. Ces matériaux, micro poreux sont étanches. Ils réduisent de façon considérable la formation de caillots sanguins tout en éliminant le risque de rejet. Le choix de ces matériaux contribue donc à éviter les accidents thrombotiques. 

Ce matériau, déjà découvert par le professeur Carpentier et utilisé auparavant pour réparer les valves du coeur et, est créé à partir du péricarde bovin (de veau). Dans le coeur artificiel ce matériau est utilisé pour tous les matériaux en contact avec le sang : c'est à dire pour les valves,Pour les membranes des ventricules et pour les conduits d’admission et d’éjection du sang.

 

En plus de cela, le cœur est hémodynamique. La forme des ventricules dans lequel le sang circule doit être propice à l’hémocompatibilité, c'est-à-dire que la vidange du ventricule doit se faire sans turbulences pour éviter la formation de caillots. 

 

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site