Physiologie cardiaque

Le cycle cardiaque :

Le cycle cardiaque se divise en deux grandes phases :

-La diastole ou phase de relâchement. Lors de cette phase, les oreillettes se remplissent de sang (désoxygéné à droite, oxygéné à gauche ) et le déversent dans les ventricules.

-La systole ou phase de contraction. Lors de cette phase, les ventricules se contractent et éjectent le sang dans les poumons pour le ventricule droit, et dans l’aorte pour le ventricule gauche à destination de tous les organes.

 

La circulation du sang dans le cœur peut se diviser en 6 étapes :

1 : L’oreillette droite reçoit de manière passive le sang désoxygéné par les veines caves (supérieure et inférieure). L’oreillette n’aspire pas le sang provenant des veines caves, c’est la pression veineuse qui pousse le sang dans les oreillettes. C’est la diastole auriculaire et ventriculaire.

2 : L’oreillette droite envoie ensuite ce sang désoxygéné au ventricule droit au travers de l’orifice tricuspide .C’est la systole auriculaire. Les ventricules restent encore en diastole durant quelques millisecondes.

3 : Le ventricule droit propulse le sang vers les poumons par le tronc de l’artère pulmonaire en franchissant la valve artérielle pulmonaire. C’est la systole ventriculaire

4 : Le sang, oxygéné dans les poumons, revient dans l’oreillette gauche par les veines pulmonaires.

5 : Le sang passe l’orifice auriculo-ventriculaire gauche, porteur des valves mitrales.

6 : Il est ensuite pulsé dans l’aorte par le ventricule gauche au travers de la valve artérielle aortique.

Cependant, on note qu'il y a bien une synchronisation systolique et diastolique entre le coeur droit et gauche. De cette manière le coeur assure un afflux sanguin constant dans la petite et la grande circulation.

 

 

Illustration du cycle cardiaque droit. 

 

 

Illustration du cycle cardiaque gauche.

Physiologie Cardiaque

 

Le cœur se contracte régulièrement pour assurer la circulation sanguine.

La synchronisation des phases de remplissage et d’éjection du sang se fait via l’activité électrique interne du cœur qui lui permet de se contracter et de se relâcher dans un ordre logique (contraction des oreillettes puis des ventricules).

Le cœur passe un tiers de son temps en systole et deux tiers en diastole.

 

VI/Innervation et Contrôle du rythme cardiaque :

On a pu remarquer que le coeur, séparé de toutes innervations, continue de battre. Ce phénoméne est dû aux cellules cardiaques elles-mêmes. Certaines cellules du coeur ont la particularité de générer une activité électrique. Le nœud sino-auriculaire (ou noeud sinusal de Keith et Flack) est à l'origine d'une onde de dépolarisation des cellules cardiaques. Cette onde de potentiel va dans un premier temps se diriger vers toutes les directions pour atteindre un deuxiéme noeud, le nœud-auriculo ventriculaire (ou nœud d'Aschoff-Tawara).La propagation va ensuite se faire par le septum et les parois musculaires du coeur. Cette activité provoque une contraction du myocarde stable. Sans contrôle, le rythme cardiaque atteint un rythme de 100 battements par minute.

Cependant une région, appelée « centre cardio régulatoire » située dans le bulbe (partie inférieure du tronc cérébral), envoie des signaux électriques modérateurs ( notamment via le nerf parasympathique ) qui fixent une fréquence cardiaque d'environ 70 battements par minute au repos.

Durant une activité physique ou bien un stress où le besoin d'oxygène du corps est plus important, les nerfs sympathiques, sous contrôle de l’hypothalamus (zone situé au cœur du cerveau), envoient des signaux pour augmenter le rythme cardiaque. 


Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site